Toutes les entreprises sont exposées à l’absentéisme.

Il est nécessaire de préciser que le taux d’absentéisme est entre 4% à 5% en moyenne pouvant donc représenter entre 12 et 16 jours d’absence en moyenne par salarié et par an.

Il est indispensable de comprendre son absentéisme pouvant être dû :

au style de management,
aux conditions de travail,
à la maladie,
à la démotivation des collaborateurs et des collaboratrices,
au niveau des salaires,
au manque de perspectives d’évolution pour certains d’entre eux/elles,
aux problèmes individuels et familiaux,
au manque d’écoute, etc.


L’absentéisme n’est pas une fatalité, il se manage.


Des solutions existent par le fait de mettre en place un plan d’action personnalisée : aménagement des postes de travail, développement de la polyvalence, contre visite médicale, valorisation des collaborateurs, mise en place d’une permanence « assistance sociale » et/ou « psychologue du travail« , demander l’avis des salariés sur des projets d’entreprise, implication de l’encadrement, etc.


Si vous avez plus de 5% d’absentéisme dans votre société, il faut se poser des questions pour enrayer la spirale négative de l’échec.

Nous savons que l’absentéisme a un caractère imprévisible. Il n’est pas nécessaire de préciser que l’absentéisme court et/ou long génère un coût humain (=démotivation, perte de confiance envers l’entreprise) et une perte financière (=remplacement, productivité, produits défectueux, indemnités journalières, délai de carence indemnisé etc.).

Des signaux existent pourtant quant au fait que les salariés ne se sentent pas « en forme » pour venir travailler ! Faut-il vouloir l’identifier par des indicateurs RH, le comprendre par une analyse stratégique et le traiter par des approches ludiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.